« Une réforme bienvenue et significative, mais pas une révolution »

BFM Business – 31/08/2017

Pour Raymond Soubie, la réforme du code du travail s’inscrit dans la continuité des refontes passées, dont la loi El Khomri. Selon cet observateur avisé de la vie politique et sociale, la division syndicale sur le sujet ne permettra pas aux détracteurs de la réforme de mobiliser derrière eux beaucoup de Français.

« Cette réforme bienvenue et significative amplifie et continue ce qui a déjà été fait en matière d’évolutions du droit du travail mais n’est pas une révolution copernicienne ». En une seule phrase, Raymond Soubie résume assez bien la portée des cinq ordonnances et 36 mesures présentées ce jeudi par Édouard Philippe et Muriel Pénicaud. Et le président d’Alixio et Taddeo sait de quoi il parle. Observateur avisé de la vie politique et sociale française qu’il scrute depuis un demi-siècle, cet expert en gestion des ressources humaines a travaillé au côté de plusieurs gouvernants, dont le dernier fut Nicolas Sarkozy.

Et, à ses yeux, la réforme du code du travail s’inscrit clairement dans la lignée des réformes engagées sous les quinquennats précédents. À commencer par la loi El Khomri qui, selon Raymond Soubie, était allée « plus loin dans la négociation en entreprise sur le temps de travail ». Il rappelle à ce sujet que « le groupement des institutions représentatives du personnel dans les entreprises de moins de 300 salariés, avait déjà été décidée par la loi Rebsamen ».

« Un impact sur la psychologie, notamment dans les PME »

À ses yeux, cette nouvelle réforme « simplifie certaines choses pour les PME » mais elle ne donne la place à « la négociation d’entreprise qu’on aurait pu attendre ». Et quand on demande à Raymond Soubie, si elle peut avoir, comme c’est le souhait de ses instigateurs, un effet sur l’emploi, il répond sans ambages: « Les réformes du travail ont peu, par elle-même, un effet direct sur l’emploi. Elles ont en revanche un impact sur la psychologie notamment dans les PME. Et c’est le but recherché ».

 

De fait, les changements les plus significatifs apportés par ces ordonnances concernent surtout les dirigeants de TPE et PME. « La possibilité dans les entreprises de moins de 50 salariés de négocier avec un élu du personnel non mandaté dans un syndicat est vue comme une souplesse indéniable notamment pour celles qui comprennent moins de 20 salariés » souligne Raymond Soubie.

« Globalement donc la méthode du gouvernement a réussi »

Ces ordonnances vont-elles pour autant jeter dans la rue des cohortes de salariés défilant avec entrain sous les bannières syndicales? Raymond Soubie n’y croit absolument pas: « Il n’y aura aucune manifestation de protestation d’ampleur et unitaire car le gouvernement n’aura pas l’unanimité syndicale contre lui » soutient-il.

Sur ce point, la réaction de la CFDT et de FO à l’issue de la présentation des ordonnances, ce jeudi 31 août, est assez éclairante. « Leurs représentants ont affiché leur mécontentement apparent tout en expliquant ce qu’ils avaient pu corriger grâce à la négociation. Cela sert indirectement les intérêts du gouvernement. Les réserves affichées par la CFDT et FO montrent qu’il y a bien eu concertation, avec des concessions. Globalement donc la méthode du gouvernement a réussi » conclut Raymond Soubie.

Frédéric Bergé