Le gratin de la finance s’allie à Orange pour sa plateforme digitale de titres de trésorerie en mode Blockchain

La Tribune – Par Delphine Cuny  |  

Amundi, BNP Paribas, Crédit Agricole CIB, Natixis et OFI AM créent avec Orange la plateforme NowCP qui entend révolutionner le marché des titres négociables à court terme, avec un dénouement en quelques minutes, grâce à un dépositaire central utilisant la technologie de registre distribué. Une initiative de place qui devrait rendre ce marché des financements à court terme d’entreprises plus liquide.

Les anciens « billets de trésorerie » se mettent aux toutes dernières technologies. Ces titres de créances négociables à court ou moyen terme, instruments financiers très utilisés par les entreprises et supports de placement pour les investisseurs, pourront bientôt être traités sur une plateforme digitale en quasi temps réel, en quelques minutes, contre deux jours actuellement. L’opérateur Orange, à la fois émetteur et gros investisseur sur le marché monétaire, est à l’origine de cette initiative de place, baptisée NowCP (clin d’œil au terme de NeuCP, le nouveau nom des certificats de dépôt et billets de trésorerie depuis la réforme de 2016).

Le groupe de télécoms a annoncé ce mercredi 3 avril le lancement officiel de cette plateforme créée avec Amundi, le numéro un européen de la gestion d’actifs (filiale du Crédit Agricole), BNP Paribas, Crédit Agricole CIB (activités de banque de financement et d’investissement, de marchés), Natixis (groupe BPCE) et le gérant d’actifs Ofi AM : ils sont tous actionnaires, Orange restant majoritaire au capital de NowCP, dont le cofondateur et directeur général, Hervé Labbe, était jusqu’en novembre dernier le directeur de la salle de marchés d’Orange.

L’ambition de NowCP, qui a reçu l’agrément de l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution (ACPR, adossée à la Banque de France), est de « révolutionner le financement à court terme en Europe » et plus précisément « la gestion de la trésorerie des émetteurs et des investisseurs en fluidifiant les échanges, en étendant les horaires de négociation. » NowCP gère un système multilatéral de négociation, réunissant émetteurs, investisseurs et intermédiaires, qui est prêt à fonctionner dès qu’un nombre suffisant de membres de la place l’aura rejoint.

Les partenaires expliquent dans un communiqué que NowCP offre « un service de financement et d’investissement quasi-instantané, de la négociation jusqu’au règlement-livraison en monnaie banque centrale, grâce à l’utilisation intégrée d’un dépositaire central de titres de nouvelle génération, s’appuyant sur une technologie de registre distribué », autre nom donné aux technologies blockchains (nées il y a dix ans avec le Bitcoin).

Registre nouvelle génération et Blockchain privée

Ce dépositaire central « nouvelle génération » est ID2S, filiale d’Orange, qui a reçu l’agrément de l’Autorité des marchés financiers (AMF) et de la Banque de France, et est directement connecté au système de la Banque centrale européenne (BCE) de règlement des opérations sur titres, Target 2- Securities(T2S). ID2S utilise « une Blockchain privée, uniquement pour la partie enregistrement des transactions, pas pour le règlement-livraison, qui tourne dans les data centers d’Orange : il n’y a pas de mineurs comme pour les cryptomonnaies ! » insiste Jérôme Berger, le directeur Financement et trésorerie d’Orange, également responsable Fintech pour le groupe. La technologie a été développée par la Fintech britannique Setl (en pleine réorganisation), qui est actionnaire d’ID2S mais devrait en sortir au profit d’autres partenaires.

« Nous avons estimé que la technologie de registre distribué n’apportait aucune valeur, voire était inefficace pour NowCP. Pour le règlement-livraison, qui reste effectué en monnaie banque centrale dans le système de la BCE, nous avons eu recours à des technologies de type registre distribué dans le cloud. Nous avons utilisé des morceaux de la Blockchain, des trouvailles des technologies de registre distribué, pour la sécurisation, la synchronisation, la gestion des droits avec des clés, afin d’obtenir ce traitement crypté et temps réel » explique Jérôme Berger.

« Avec ID2S c’est la première fois que l’on utilise la technologie de registre distribué à grande échelle sur les marchés financiers » souligne-t-il.

Digitalisation et transparence

Cette plateforme doit « révolutionner l’usage » de plusieurs manières. « Aujourd’hui, notre trésorerie décroche son téléphone chaque jour pour passer une indication d’ordre à un broker, qui vend ensuite le papier, on ne sait pas à quel un investisseur. On s’échange ensuite des documents, par scan, par email, c’est très archaïque. NowCP apporte la digitalisation et la transparence » décrit le directeur financement d’Orange.

« Le passage d’une négociation à la voix à une plateforme de négociation électronique représente un vrai gain de confort et va nous permettre de mieux maîtriser les risques opérationnels entre contreparties » a souligné Frédéric Fadat, responsable du Desk NeuCP chez Crédit Agricole CIB, cité dans le communiqué.

Au lieu de gérer la trésorerie à J-2 du fait du délai de règlement livraison, les émetteurs pourront procéder au jour le jour et les investisseurs mieux gérer leur cash. Il y aura moins d’opérations de back et middle office, aujourd’hui très pesantes.

« C’est un projet ouvert et collaboratif, à vocation européenne, qu’Orange amène à la place de Paris et qui peut être un facteur d’attractivité. Nous n’avons pas vocation à garder le contrôle de cette plateforme » précise Jérôme Berger.

Le marché français des titres de créances négociables à court ou moyen terme est le plus important d’Europe (hors Royaume-Uni) et l’objectif de NowCP est de « créer un marché européen du Commercial Paper, plus profond, plus liquide et plus sûr. »