BPCE, La Banque Postale et CNP Assurances s’attellent à la naissance du futur pôle financier public

La Tribune – Par Carole Guirado, AFP  |  05/06/2019

Natixis, la banque d’investissement de BPCE, va reprendre la gestion d’actifs de La Banque Postale dans les activités de gestion de taux euros. BPCE prévoit également de prolonger son partenariat industriel conclu en 2015 avec CNP Assurances jusqu’à 2030. Enfin, BPCE et La Banque Postale vont plancher sur un nouveau pacte d’actionnaires dans CNP Assurances.

Le groupe bancaire mutualiste BPCE et La Banque Postale ont annoncé, mardi 4 juin, être en discussions pour élargir leur partenariat industriel et conclure un nouveau pacte d’actionnaires dans CNP Assurances, pierre angulaire du futur pôle public de bancassurance dont la naissance est prévue en 2020. Ces trois groupes, liés les uns aux autres par des partenariats commerciaux et des liens capitalistiques, seront les piliers du nouveau géant financier public, qui sera chapeauté par la Caisse des dépôts (CDC).

A l’été 2018, les représentants de l’État, de la Caisse des dépôts et de la Poste ont trouvé un accord pour que la CDC apporte sa participation dans CNP Assurances à La Poste. En contrepartie, la CDC deviendrait l’actionnaire majoritaire de La Poste aux côtés de l’Etat. L’idée de départ était notamment de permettre à La Poste d’obtenir de nouvelles sources de revenus au travers de sa filiale bancaire, La Banque Postale, dans un contexte de baisse constante des activités de courrier.

Au centre de ce puzzle, le groupe coté CNP Assurances, premier assureur de personnes en France, qui doit passer début 2020 sous contrôle direct du groupe Banque Postale.

Pour le moment, il est détenu à 41% par l’État via la Caisse des dépôts ainsi que par une holding, Sopassure, codétenue par La Banque Postale et le géant bancaire mutualiste BPCE. Cette holding détient 35,48% de CNP Assurances, dont la valeur boursière atteignait mardi 13,53 milliards d’euros.

Gestion d’actifs regroupée, partenariat prolongé et nouveau pacte d’actionnaires

La constitution d’un pôle financier public peut potentiellement être juteux pour l’ensemble de ces acteurs. Reste à définir le cadre de partenariats fructueux pour chacun.

BPCE et La Banque Postale ont esquissé les lignes de ces prochains partenariats en annonçant mardi tout d’abord un projet de rapprochement entre leurs filiales de gestion d’actifs, respectivement Ostrum AM et La Banque Postale AM, dans les activités de gestion de taux euros.

« Ce projet de rapprochement permettrait l’émergence d’un acteur européen de premier plan avec plus de 400 milliards d’euros sous gestion au service de grands clients institutionnels, dont CNP Assurances serait l’un des plus importants », précise un communiqué de la BPCE, dont la filiale Natixis IM gérerait la plateforme commune aux deux groupes.

Par ailleurs, BPCE prévoit de proroger l’échéance d’accords conclus en 2015 avec CNP Assurances dans les activités d’assurance emprunteur. Ceux-ci devraient désormais arriver à échéance à fin décembre 2030 au lieu de fin décembre 2022.

Enfin, en vue de préparer le rapprochement entre CNP Assurances et La Banque Postale, « BPCE et La Banque Postale concluraient un nouveau pacte d’actionnaires en leur qualité d’actionnaires stables de CNP Assurances », précise le communiqué.

« BPCE continuerait ainsi d’être représentée au conseil d’administration de CNP Assurances et au sein de plusieurs comités du conseil d’administration, en ligne avec sa participation actuelle aux organes de gouvernance de CNP Assurances », est-il ajouté.

BPCE, Natixis, La Banque Postale et CNP Assurances vont « poursuivre leurs discussions dans les prochaines semaines autour des différents volets de ce projet de partenariat élargi », conclut le groupe BPCE.

Préserver le modèle de CNP Assurances

De son côté, le conseil d’administration de CNP Assurances, qui s’est également réuni mardi, a confirmé « son souhait de voir concrètement se développer le modèle multi-partenarial » du groupe au travers d’opportunités « sur les marchés européen et latino-américain », précise-t-il dans un communiqué.

Concrètement, il s’agit pour CNP Assurances de préserver la croissance de son modèle d’affaires, fondé sur la conception de produits d’assurances en marque blanche pour le compte essentiellement de groupes bancaires.

CNP Assurances est présent en Europe et en Amérique Latine, particulièrement au Brésil, son deuxième marché après la France. Il a dégagé un bénéfice net de 1,367 milliard d’euros en 2018. Il compte plus de 37 millions d’assurés en prévoyance/protection dans le monde et plus de 14 millions en épargne/retraite.

La Banque Postale, futur actionnaire majoritaire de CNP, « a fait part de son intention, en accord avec la Caisse des dépôts, de doter CNP Assurances de règles de gouvernance propices au développement de ce modèle d’affaires multi-partenarial et respectueuses de l’ensemble des actionnaires », assure le conseil d’administration de CNP.

« Elles porteront tout à la fois sur la composition du conseil d’administration, de ses comités, et sur le mandat du directeur général à l’effet de garantir les droits de tous les partenaires commerciaux en France, actuels ou futurs, actionnaires ou non », détaille-t-il.