Accès au cash : la carte des DAB en France révèle les déserts bancaires

Les échos – Par Delphine Cuny  |  23/07/2019

La part de la population résidant dans une commune équipée d'au moins un distributeur automatique de billets varie entre 39,7% et 100% selon les départements : Creuse, Haute-Saône, Meuse, Lot et Yonne présentent les taux les plus bas.
La part de la population résidant dans une commune équipée d’au moins un distributeur automatique de billets varie entre 39,7% et 100% selon les départements : Creuse, Haute-Saône, Meuse, Lot et Yonne présentent les taux les plus bas. (Crédits : Banque de France)

La Banque de France a dévoilé ce mardi l’état des lieux de l’accès au public aux espèces dans la métropole. Jugeant cette accessibilité « très bonne », le rapport pointe toutefois de fortes disparités sur le territoire, les communes de moins de 2.000 habitants étant rarement équipées et certains départements très mal lotis.

Sur fond de crise des « Gilets Jaunes », reflétant un sentiment d’abandon des populations de certains territoires, la question de l’accès aux distributeurs automatiques de billets (DAB) et aux guichets de banques s’était invitée sur le devant de la scène il y a quelques mois. Une proposition de loi contre la désertification bancaire était même passée au Sénat en novembre dernier, sans être relayée ensuite à l’Assemblée nationale. La Banque de France avait été chargée d’établir une carte de l’accès aux espèces et de consulter chaque réseau bancaire de sa trajectoire à moyen terme, 2020-2025, en termes d’espèces. Ce mardi 23 juillet, l’institution a rendu public son rapport sur l’accès du public aux espèces en France métropolitaine. Son constat est loin d’être alarmiste, mais souligne de fortes disparités.

« Le rapport […] confirme globalement une très bonne accessibilité par le biais du réseau d’automates et des points d’accès privatifs : 98,9% de la population réside soit dans une commune équipée d’au moins un distributeur, soit dans une commune située à moins de 15 minutes en voiture de la commune équipée la plus proche » indique le document d’une vingtaine de pages. 

En trois ans, le nombre de distributeurs de billets a diminué de 5,3% en métropole, passant de 55.629 automates à fin 2015 à 52.697 DAB à fin 2018, seule La Banque Postale ayant augmenté son parc (de 2%). Cependant, la baisse du nombre de distributeurs a davantage touché les agglomérations de plus de 10.000 habitants que les plus petites, dans une logique de rationalisation du parc. Si depuis fin 2015, 198 communes (d’un total de 287.285 habitants) ont perdu leurs derniers DAB, 131 communes (représentant 174.942 personnes) ont au contraire gagné ou retrouvé l’accès à un ou plusieurs DAB au cours de la même période. En tout, 6.680 communes disposent d’au moins un DAB à fin 2018, sur environ 35.000, soit moins de 20%, et 67 de moins qu’il y a trois ans. 
closevolume_off

DAB par communes France BdF

[Taux d’équipement des communes selon le type de point d’accès. Cliquer ici pour zoomer. Crédit : Banque de France]

Au niveau européen, « la France possède le troisième parc en nombre de distributeurs de billets, derrière le Royaume-Uni et l’Allemagne », devant l’Espagne et l’Italie. Elle se situe au sixième rang en termes de distributeurs rapportés au nombre d’habitants (833 DAB par million d’habitants contre 789 en moyenne dans la zone euro, selon des chiffres de 2017). En nombre de distributeurs automatiques de billets pour 1.000 km2, la France est toutefois un peu au-dessous de la moyenne de la zone euro.

DAB billets distributeurs France par km

[Nombre de distributeurs automatiques de billets pour 1.000 km2 (chiffres de 2017). Cliquer ici pour zoomer. Crédit : Banque de France]

Des départements mal lotis

Surtout, le problème criant demeure les inégalités importantes d’un département à l’autre et d’une commune à l’autre.

« En moyenne, une commune équipée compte 8 distributeurs de billets sur son territoire. Toutefois, les disparités sont fortes en termes de nombre d’équipements offerts à la population : 3,6 millions d’habitants âgés de 15 ans et plus vivent dans une commune équipée d’un automate unique, tandis que 31 millions d’habitants vivent dans une commune comptant plus de 5 automates » relève la Banque de France. 

On comprend l’enjeu pour les maires de ces communes au DAB unique. Les distributeurs sont quasiment absents des communes de moins de 500 habitants, pour des questions évidentes de rentabilité d’exploitation (les coûts annuels sont estimés à 14.000 euros par automate) : 10,6% de la population réside ainsi dans une commune n’ayant aucun point d’accès au cash, ni DAB ni point privatif (points de contact de la Poste ou Points Verts Crédit Agricole chez des commerçants, mais réservés à leurs clients). Quid de populations âgées ou défavorisées dépourvues de véhicule ? 

La part de la population résidant dans une commune équipée d’au moins un distributeur automatique de billets varie entre 39,7% et 100% selon les départements. La carte de France laisse apparaître des zones très claires, en particulier dans des territoires très ruraux et/ou montagneux. 

Cash carte DAB distributeurs billets France

[Part de la population résidant dans une commune équipée d’au moins un distributeur, par département. Cliquer ici pour zoomer. Crédit : Banque de France]

Tandis que Paris et les départements de la petite couronne (Seine-Saint-Denis, Hauts-de-Seine et Val-de-Marne), ainsi que la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (Bouches-du-Rhône, Var et Alpes-Maritimes) affichent des taux d’équipement supérieurs à 95%, d’autres départements sont moins bien lotis. 

« Les 5 départements dans lesquels moins de la moitié de la population réside dans une commune équipée d’un automate de retrait (Creuse, Haute-Saône, Meuse, Lot et Yonne) sont des départements ruraux qui figurent parmi ceux ayant les taux d’urbanisation les plus faibles » indique le rapport. 

Carte communes sans DAB billets

[Carte des agglomérations dépourvues de DAB en métropole. Cliquer ici pour zoomer. Crédit : Banque de France]

Satisfaction mais vigilance

Commentant le rapport, le ministre de l’Economie et des Finances, Bruno Le Maire a jugé « très satisfaisants » l’accès aux espèces et l’implantation des distributeurs sur le territoire. Il n’est pas envisagé pour l’instant de mutualisation de la gestion des DAB comme l’ont fait récemment les banques néerlandaises.

« Comme l’indique le rapport rendu public par la Banque de France et le Ministère de l’Economie et des Finances, le dispositif actuel d’accès aux espèces en France est satisfaisant. Les banques sont dans un esprit de dialogue, qui permet en règle générale d’apporter des solutions adaptées aux situations locales » a réagi la directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF), Marie-Anne Barbat-Layani.

Le document a été transmis aux parlementaires et devrait faire l’objet d’une présentation en commission à la rentrée. Les autorités demeurent vigilantes sur l’évolution, tributaire des stratégies de chaque réseau bancaire. La Banque de France assurera un suivi annuel de cette implantation des points d’accès aux espèces pour surveiller les évolutions, en particulier dans certaines régions plus exposées au risque de désertification bancaire.

« Il est hors de question de rester inerte si des situations critiques venaient à se manifester. Nous aviserions en temps utile des mesures à prendre » confie une source proche des pouvoirs publics. 

Pendant que les banques rationalisent leur parc, leurs prestataires réfléchissent à des solutions. Ainsi la Brink’s a mis en service le 19 juillet son premier distributeur de billets exploité en propre, appelé Point Cash Village, dans une commune du Finistère (Locmaria-Plouzané), en partenariat avec la collectivité. Le transporteur de fonds, qui emploie 4.000 personnes en France et gère 12.000 DAB dans l’Hexagone, va proposer aussi ce service sous marque blanche à destination des banques.