Histoire

L’histoire du Syndicat Unifié

Origines

Le Syndicat Unifié est né en 1947, au moment où une crise profonde secouait le monde syndical avec la scission de la CGT et Force Ouvrière. Les salariés des Caisses d’épargne de l’époque, refusant les divisions et les arbitrages politiques, préférant se regrouper sur ce qui les rassemblait plutôt que de se déchirer sur ce qui les différenciait, optèrent pour la création d’une organisation syndicale prônant la liberté d’opinion et d’expression, l’indépendance et le progrès social. Cet état d’esprit continue d’animer aujourd’hui les adhérents et les militants du Syndicat Unifié.

Indépendant et professionnel, le Syndicat Unifié regroupe différentes sensibilités autour de valeurs progressistes, démocratiques et humanistes, il revendique notamment la reconnaissance de la citoyenneté dans l’entreprise. Après 23 ans d’appartenance au « Groupe des dix », l’actuel G10 Solidaire, dont il a été un membre fondateur, le Syndicat Unifié a rejoint l’Union nationale des syndicats autonomes (UNSA) en 2004. 

Adhérents
Le Syndicat-Unifié/Unsa du Groupe Caisse d’épargne regroupe près de 6.000 adhérents. Il est présent dans toutes les Caisses d’épargne, à BPCE, au Crédit Foncier et dans plusieurs filiales et organismes communs, notamment dans les structures informatiques.

Chaque adhérent s’acquitte d’une cotisation contenant une part nationale, définie par la Commission Exécutive Nationale et une part locale participant à l’autonomie financière des sections d’entreprises. 

Audience
Aux dernières élections du Conseil de Discipline Nationale, en 2011, le seul Syndicat-Unifié/Unsa recueillait plus de 30 % des suffrages exprimés, le reste étant partagé entre les cinq confédérations et Sud.

Le Syndicat-Unifié/Unsa est l’organisation syndicale majoritaire en Commission Paritaire Nationale (instance de négociation nationale) de même qu’au conseil d’administration de la Caisse Générale de Prévoyance du Personnel Caisse d’épargne (CGP). 

Le Syndicat-Unifié/Unsa est également à l’origine de la Mutuelle Nationale des Caisses d’épargne (MNCE). Il a longtemps présidé seul aux destinées de la MNCE avant de décider l’ouverture de son conseil d’administration à d’autres composantes syndicales. Il y reste cependant majoritaire. Avec plus de 110.000 personnes protégées, la MNCE est l’une des plus importantes mutuelles d’entreprise, ce qui l’autorise, dans le cadre de son action sociale, à mener des projets aussi importants que concrets, comme la création d’un Centre d’Aide par le Travail et celle d’un atelier protégé. Elle prend également des initiatives remarquées dans le domaine de la prévention et de l’information en organisant des colloques au retentissement national sur « le suivi des victimes d’agression » et « l’entreprise face aux agressions et à la violence ». Ayant fait autorité, ces colloques ont notamment permis que les victimes d’agression soient reconnues comme des accidentés du travail par les CPAM.

Un syndicat majoritaire et incontournable
Majoritaire également dans les entreprises, le Syndicat-Unifié/Unsa est responsable de la gestion de plus de 20 comités d’entreprise et participe généralement à la gestion des autres, ce qui lui permet d’insuffler largement les valeurs qu’il défend à travers l’action de ces instances et donc auprès du personnel du Groupe. Cela lui vaut également d’occuper 5 des 15 sièges de la délégation du personnel au Comité de  Sous Groupe Caisse d’Epargne.

 

Tout ceci fait du Syndicat-Unifié/Unsa un partenaire incontournable, tant au plan national que dans la plupart des entreprises de la Branche.

Le Syndicat-Unifié/Unsa a longtemps été l’élément moteur de la plupart des mutations des Caisses d’épargne, illustrant sa capacité à s’investir en force de proposition.

A partir de 1999, année du dernier grand mouvement de réforme des Caisses d’épargne, le groupe est entré dans une zone de turbulence. Nos dirigeants ont fait le mauvais pari de tourner le dos au dialogue social. Cette attitude mortifère a conduit à la destruction du contrat social des salariés du Groupe. Depuis 2004, le dialogue a été renoué. Plusieurs accords ont été signés sur la formation professionnelle et sur protection sociale. Sur la protection sociale tout particulièrement, la négociation portée par le Syndicat-Unifié/Unsa, a abouti à la conclusion d’accords permettant de pérenniser le régime de retraite supplémentaire, maintenir un haut niveau de prestation frais soins de santé avec la MNCE, garantir d’excellentes prestations en matière de prévoyance. Cet ensemble constitue un régime de protection sociale qui figure parmi les plus élevés en France sinon le tout premier pour un nombre aussi important de salariés et leur famille. 

Avec le Syndicat-Unifié/Unsa, Osons l’avenir !
Depuis 2006 et la création de la filiale commune avec les Banques populaires, le réseau des Caisses d’épargne est engagé dans un nouveau processus de fusions d’entreprises accompagné d’un regroupement de communautés informatiques et de mutualisations de moyens de production bancaire. Le Syndicat-Unifié/Unsa est un acteur de premier plan dans la négociation des volets sociaux de ces regroupements pour permettre aux salariés d’obtenir le maximum de garanties tant sur le maintien des emplois que sur l’évolution du contrat de travail.

La question des conditions de travail mais aussi des rémunérations et de ses éléments annexes (classifications, minima salariaux…) demeurent des points de désaccord forts avec les employeurs. Le Syndicat-Unifié/Unsa est convaincu que seule une puissante mobilisation des salariés serait de nature à faire évoluer les employeurs sur ces deux points.